Tout comme d’autres athlètes participant aux Jeux olympiques de Tokyo cette année, Rebecca “Becca” Meyers a consacré sa vie à son sport, à tel point que les gens autour d’elle l’appellent même “Becca la nageuse”. Dans une interview consacrée au Washington Post, elle fait référence à la natation comme lui donnant « l’identité en tant que personne ».

Ce n’est pas la première occasion pour Becca de participer aux Jeux paralympiques. Athlète accomplie, elle avait participé aux Jeux olympiques de Londres en 2012 et à nouveau aux Jeux olympiques de Rio en 2016, où elle avait eu du mal à naviguer dans le village olympique en raison de l’inaccessibilité. Elle disait être dans l’incapacité de trouver l’espace de restauration dédié aux athlètes et avait finalement cessé de se nourrir.

Becca est née avec le syndrome d’Usher, ce qui signifie qu’elle souffre d’un certain degré de basse vision et de surdité. Sans hébergement accessible, elle a du mal à naviguer dans certains espaces. Selon l’Institut national américain de la surdité et des autres troubles de la communication, il existe trois types de syndrome d’Usher. Ils ont un impact différent sur l’audition, la vision et l’équilibre (voir graphique ci-dessous).

Chart explaining the different types of Usher Syndrome categories. The top row includes the titles, “Type 1,” “Type 2,” “Type 3.” Each row below defines each type and how it affects “Hearing,” “Vision,” “Balance (vestibular function).” See caption below image for full image description (due to character limitation within Alt Text here).
Tableau descriptif des 3 types du syndrome d’Usher. Type I—Audition: Surdité congénitale, profonde, non évolutive à la naissance. Vision: Difficultés de vision nocturne dès l’enfance (7–8 ans). Réduction progressive du champ de vision. Equilibre:Retard des acquisitions (tenue de tête, station assise et marche, après 17 mois ) dû à des problèmes d’équilibre (aréflexie vestibulaire) qui se compensent petit à petit. Type II—Audition: Surdité moyenne à sévère prélinguale à la naissance lentement évolutive, appareillable. Vision: Difficultés de vision nocturne au début de l’adolescence. Détérioration progressive du champ visuel. Equilibre: Equilibre normale. Type III—Audition: Surdité progressive et rétinite pigmentaire apparition des symptômes à l’adolescence ou plus tard. Vision: D’abord, atteinte des cônes (vision centrale): diminution de l’acuité visuelle. Puis des bâtonnets : détérioration progressive du champ de vision, difficultés de vision nocturne. Equilibre: Equilibre normal.

Après avoir connu le manque d’accessibilité à quelque chose d’aussi essentiel que la nourriture, elle s’est juré de ne plus jamais vivre cette expérience. La mère de Becca, Maria Meyers est devenue son assistante personnelle et travaille à titre officiel pour s’assurer que Becca puisse naviguer efficacement dans les espaces. Elles ont même obtenu l’autorisation du Comité olympique et paralympique américain (USOPC) de voyager ensemble pour des compétitions internationales.

Becca and her mother/PCA, Maria Meyers smiling and sitting outdoors on white chairs with their heads together. Maria is wearing a blue pullover sweater, white pants, and off-white boat shoes. Becca is wearing a white long sleeve shirt with the SPEEDO logo, black leggings, and tan boat shoes. Becca’s guide dog sits in between them on the brick ground.
Becca, sa mère, Maria Meyers, et son chien-guide. Photo Instagram.

Cependant, en raison des restrictions liées au COVID, le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo a restreint la participation aux athlètes et au personnel essentiel, lui refusant ainsi la permission d’amener sa mère pour l’aider à naviguer dans le village olympique et l’environnement de compétition paralympique.

Image of the Tokyo Olympic Village. Tall, white buildings with glass windows surround a patch of a grassy area that includes tables, trees, and walk ways.
Village Olympique de Tokyo. Photo par Olympics

“J’ai dû prendre la décision déchirante de me retirer des Jeux
Paralympiques de Tokyo 2020”, a déclaré Meyers mardi dans un
communiqué publié sur sa page Facebook. “Je suis en colère, je suis
déçue, mais surtout, je suis triste de ne pas représenter mon pays.”

Bien que les directives imposées par le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo ne ciblaient pas explicitement les hébergements accessibles, cela a directement impacté l’opportunité de Becca de concourir cette année. La discussion sur l’accessibilité et l’hébergement est essentielle, en particulier dans le contexte de la pandémie liée au coronavirus. Lorsque ces types de  restrictions sont mis en œuvre, quels obstacles créent-ils pour les personnes handicapées ?

Il est décevant que Becca Meyers ne puisse pas concourir, mais il est très louable de voir que Becca partage son histoire et se bat pour elle-même et pour les futures générations d’athlètes paralympiques !

Pour plus d’informations sur les solutions d’accessibilité d’Ava, cliquez ici.

Post by Ava@avascribe
mai 30, 2022